Tête-à-tête x Delphine ERNOTTE

PDG de France Télévisions

 

 

« CE N’EST PAS ANODIN

D’ÊTRE UNE FEMME

CHEFFE D’ENTREPRISE »

 

 

 

AUDIENCE #3

 ADEKWA Avocats - Delphine Ernotte Cunci

 AUDIENCE #3

 

 

Après vingt-six années chez Orange qui l’ont menée jusqu’au sommet de l’entreprise de télécommunications, DELPHINE ERNOTTE CUNCI a pris les rênes de France Télévisions. Élue par les membres du CSA le 23 avril 2015, elle entend aujourd’hui donner de nouvelles couleurs au premier groupe audiovisuel hexagonal. Entretien avec une présidente nourrie par les succès.

 

 

Vous souhaitez que l’exercice 2016-2017 de France Télévisions soit celui d’une « nouvelle dynamique ». Comment cela se traduit-il ?

L’entreprise bouge. Le lancement de la chaîne d’information en est la preuve : le projet était dans les cartons depuis 15 ans, on l’a fait en une année ! Il ne faut pas s’arrêter là. Le numérique bouleverse la télévision, à nous de continuer à nous adapter, à nous renouveler. C’est un défi passionnant que de devoir se réinventer.

 

 

Le 1er septembre, vous avez ouvert une nouvelle page de l’histoire du groupe avec l’arrivée de franceinfo. Que peut apporter une énième chaîne d’information ?

C’est la seule chaîne publique. C’est très important pour l’indépendance de l’information, que le service public joue pleinement sa mission. On le voit tous les jours, notamment en matière d’investigation. D’ailleurs, partout en Europe, les services publics ont une chaîne d’information. Mais surtout nous voulons offrir un traitement différent de l’information : moins dans l’émotion et plus dans la compréhension.

 

 

« LES JOURNALISTES SONT LES GARANTS

D’UNE DÉMOCRATIE SAINE »

 

 

À l’heure d’une concurrence exacerbée et d’une circulation effrénée de l’information, comment informer à la fois efficacement et dignement ?

Le numérique offre une immensité de possibilités pour mieux informer les citoyens. On n’a jamais eu autant d’informations et qui touchent un aussi large public. Mais face à ce flot continu, il faut pouvoir faire le tri, expliquer et sélectionner. Je pense que l’époque du  » hard news  » à la façon des premières chaines d’information est révolue. Aujourd’hui, les citoyens aspirent à une information exigeante, qui leur apprenne des choses.

Il faut informer mieux. On fait tous face à un flot d’informations permanent : sur les chaînes d’infos, sur les réseaux sociaux. Je ne crois pas qu’il faille moins d’information, mais il faut améliorer sa hiérarchie, savoir donner des grilles de lectures, apporter des explications, donner des approfondissements. C’est le sens de la chaîne d’information publique. Franceinfo ce n’est pas une chaîne de plus, c’est une offre nouvelle.

 

 

Quel est le rôle du service public à la télévision ?

Il est indispensable. Son rôle repose sur deux piliers : l’information indépendante et de qualité d’une part et le soutien à la création d’autre part. Le service public représente 50% de la création audiovisuelle française : les fictions télés, les documentaires, l’animation, etc… C’est un appui majeur pour l’exception culturelle française. Sans service public, on serait inondé par la culture américaine, via Netflix et les majors. Quant à l’information, on critique toujours les journalistes mais ils offrent un service exceptionnel. Ils sont les garants d’une démocratie saine, d’une information qui ne dépend ni des pouvoirs économiques, ni des pouvoirs politiques.

 

 

Peut-on rire de tout sur le petit écran ?

On ne rigole pas assez à la télé ! On manque de programmes d’humour, décalés et d’autodérision. Les Guignols faisaient ça parfaitement, aujourd’hui ce sont les YouTubeurs qui révèlent souvent les meilleurs talents. Après, je continue de penser qu’ « on peut rire de tout mais pas avec n’importe qui». Le service public se doit d’offrir une garantie de dignité et a une responsabilité à l’égard de ses téléspectateurs.

 

 

Que ressentez-vous lorsque l’on vous rappelle que vous êtes la première femme à occuper la tête du groupe France Télévisions ?

Une forme de lassitude à ce qu’on le rappelle encore et toujours, mais surtout devant le sexisme ambiant que je peux parfois lire chez ceux qui y font référence. Ce n’est pas anodin d’être une femme cheffe d’entreprise en 2016. D’abord parce qu’il n’y en a quasiment pas et ensuite parce qu’en tant que femmes on doit affronter beaucoup d’obstacles dans nos carrières professionnelles. Aujourd’hui encore, rares sont les articles qui ne mentionnent pas ma vie privée : jamais on ne ferait ça pour un homme !

 

 

Quelle est pour vous la définition du responsable d’entreprise idéal ? Et celle du collaborateur modèle ?

Je ne crois pas au responsable modèle ou à l’idéal. On existe et on travaille chacun avec nos qualités et nos défauts. En revanche ce que ma carrière m’a apprise c’est qu’on ne réussit que par le dialogue et par l’échange. Il faut écouter tout le monde, discuter avec chacun et après prendre ses décisions. Le monde de l’entreprise n’est pas celui des certitudes, c’est un lieu d’échanges.

 

 

Quels sont vos remèdes et outils pour faire face au stress ou à la pression ?

D’abord, j’aime les moments de pression, je trouve qu’on apprend toujours plus face à la difficulté et dans les situations complexes. Les êtres humains se révèlent souvent dans ces moments-là. Mais sinon le meilleur remède reste le chocolat !

 

 

Ne pensez-vous pas que votre slogan, « Bien différents, bien ensemble », s’appliquerait aujourd’hui volontiers à notre vie sociétale ?

Sûrement, mais ce n’est pas un hasard. La télévision publique passe son temps à scruter la société. Elle doit à la fois en être le miroir pour que tout le monde se sente représenter, mais elle a aussi une responsabilité sur les valeurs qu’elle transmet et les messages qu’elle passe.

 

 

 

 

AUDIENCE #3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ADEKWA Avocats

Cabinet d’avocats

Lille  –  Roubaix  –  Douai  –  Valenciennes  –  Cambrai

 

 

DOMAINES D’INTERVENTION

Droit Commercial

Droit des Affaires et des Entreprises

Droit des Sociétés  –  Droit Économique et Distribution  –  Droit Bancaire  –  Droit des Contrats  –  Propriété Intellectuelle  –  Droit de la Concurrence  –  Droit pénal des Affaires  –  Cellules de Crise  –  Droit Fiscal

 

Droit du Travail & Droit Social

Relations et Contrats de Travail  –  Rupture négociée  –  Licenciement et Contentieux Individuel et/ou Collectif  –  Cellules de Crise

 

Responsabilité Civile ou Pénale des Assurances

Contentieux des Assurances  –  Responsabilité Civile ou Pénale, Professionnelle et/ou Personnelle  –  Préjudices et Expertises  –  Droit de la Santé

 

Droit de l’Immobilier et de la Construction

Règles d’urbanisme  –  Marchés privés et Appel d’offres  –  Responsabilités des constructeurs  –  Beaux Civils et Commerciaux  –  Copropriétés, Ventes, Promesses et Expropriation  –  Expertises Judiciaires

 

Droit Public, Droit Économique

Collectivités territoriales et Activités des Services Publics  –  Droit de la Fonction Publique de l’État, des Collectivités territoriales ou hospitalières  –  Droit des Finances publiques  –  Contrats publics  –  Droit de l’Environnement et de la sécurité  –  Risques industriels et technologiques

 

Droit Privé & Droit Pénal du Particulier

Droit de la famille : Régimes matrimoniaux, Divorces, Filiation…  –  Patrimoines et Successions  –  Droit Fiscal de la personne  –  Droit de la Consommation  –  Responsabilité Civile et Pénale du particulier